×

Crosses de hockey

Filters

Il y a 466 produits.

Affichage 1-75 de 466 article(s)
Affichage 1-75 de 466 article(s)

En tant que l'un des principaux spécialistes de l'équipement de hockey au Royaume-Uni, vous trouverez ici une gamme complète de toutes les dernières crosses de hockey en composite, ainsi que des offres de liquidation qui ne sont disponibles que jusqu'à épuisement des stocks.

L'une des questions les plus fréquemment posées est « combien de carbone y a-t-il dans ce bâton de hockey ? » avec la perception que plus c'est mieux. C'est loin d'être la vérité, alors ici, je vais apporter un peu de lumière.

Tout d'abord la qualité du carbone (point de fabrication) est importante. Le carbone Toray (japonais) est souvent considéré comme le meilleur, mais les carbones d'Allemagne, d'Écosse et d'Afrique du Sud (pour n'en nommer que quelques-uns) sont tous de haute qualité. Les bâtons sont généralement fabriqués au Pakistan (avec 5 usines dominant la production) et la plupart des grandes marques importeront du carbone au Pakistan pour fabriquer des bâtons. Le carbone fabriqué localement n'est généralement pas aussi bon. Mais il est difficile de savoir si une marque de hockey utilise tout le temps du carbone importé.

Les fibres de carbone sont un matériau linéaire et offrent donc une rigidité dans une seule direction. Pour fournir une rigidité dans plusieurs directions, la fibre peut être tissée dans une feuille multidirectionnelle (vue comme un tissage évident dans la surface des bâtons) ou des feuilles à direction unique peuvent être superposées pour créer la rigidité multidirectionnelle.

40% du poids d'un stick composite provient de la résine qu'il contient. Un bâton ne peut donc pas être 100 % carbone. Cependant, on peut affirmer que 100% des matériaux composites d'un bâton sont en carbone, bien que cela puisse ne pas donner une résistance optimale, donc un micro-squelette en fibre de verre et kevlar (aramide) est ajouté par certains fabricants.

Le carbone est rigide mais cassant. La rigidité signifie que l'énergie créée par le joueur lors de la frappe de la balle - frappe / gifle - est transférée à la balle et n'est pas absorbée par le bâton. Le transfert d'énergie maximum autorisé par la FIH est de 98 %. Mais cette rigidité signifie que le bâton n'absorbera pas d'énergie lors du piégeage/réception donc a besoin de mains douces !

La fragilité du carbone signifie que si les fibres sont cassées (plaque de bâton / post impact), elles se fissureront et le bâton peut ou va échouer. Ce n'est pas un défaut de fabrication, simplement un reflet de la matière.

D'autres matériaux peuvent être utilisés en conjonction avec du carbone pour obtenir un résultat de performance positif. Des produits chimiques spéciaux sont utilisés avec les peintures et les laques pour les faire se plier à la couche supérieure de carbone et créer des graphismes de haute qualité.

DÉCLARATION DU JEUNE JOUEUR : Le carbone réduit la flexion du bâton et augmente le transfert d'énergie, mais si un jeune joueur ne peut pas fléchir un bâton en fibre de verre/à faible teneur en carbone en raison d'un faible niveau de résistance, un pourcentage élevé de carbone ne peut pas augmenter la puissance de frappe.

ARAMIDE (KEVLAR)
Les fibres d'aramide sont un autre matériau utilisé dans la production de bâtons de hockey. Également connus sous leur nom commercial de Kevlar, ils sont une fibre synthétique incroyablement résistante à la chaleur. Il a été utilisé pour la première fois dans le commerce dans les années 1970 pour remplacer les fils d'acier utilisés pour renforcer les pneus des voitures de course.
Les fils sont tirés de la base en plastique fondu et ont une telle résistance que lorsqu'ils sont entrelacés, ils peuvent être utilisés pour créer des gilets pare-balles. Dans un bâton de hockey, ils ajoutent à la résistance et à la durabilité du bâton, équilibrant la nature fragile du carbone avec l'absorption des chocs et créant des surfaces de frappe bien liées. Le tissage du Kevlar doit être soigneusement surveillé afin que la résine puisse imprégner les couches du bâton permettant des stratifiés correctement collés. Si un stick commence à se détacher (délaminé), c'est généralement parce que la résine n'a pas bien traversé les couches pendant la production, soit parce que les fibres sont trop serrées, soit parce que l'imprégnation de la résine est mauvaise au départ, soit parce que la pression utilisée pendant la production est incorrecte.

FIBRE DE VERRE
La fibre de verre décrite dans n'importe quel bâton est exactement cela, des fibres / filaments de verre très fins (fins). Plusieurs filaments sont combinés pour créer une fibre plus épaisse. Celui-ci est ensuite déroulé à partir d'une bobine (comme une grande bobine de coton), trempé dans une résine pour les rendre super collants, puis disposé sur un papier anti-adhésif (comme du papier support résistant à la graisse) pour créer des feuilles de fibre de verre unidirectionnelles. Ces feuilles sont ensuite coupées en petits morceaux et superposées à différents angles pour créer une force dans plusieurs directions.
Bien que la fibre de verre soit solide, elle n'est pas aussi cassante que le carbone et forme donc une base fantastique (micro-squelette) qui absorbe de l'énergie en raison de sa flexibilité et sur laquelle le carbone, le kevlar et le basalte peuvent être superposés pour créer des bâtons de performance haut de gamme.